микрозаймы

«

»

Nov 16

L’isolation des combles pour réduire les pertes énergétiques

Parce qu’une maison isolée vieillit mieux et de ce fait, nécessite moins de travaux d’entretien, il faut s’assurer qu’elle le soit correctement. Et pour cause, dans le cas contraire, la condensation entraîne de nombreux désagréments – infiltrations, condensation, développement de champignons par exemple – sans compter que cela entraîne également un inconfort plus ou moins important pour ses résidents. Dans ce cas, il faut alors chauffer beaucoup plus afin que la température ambiante soit agréable en période de froid et refroidir l’air ambiant pour éviter qu’il ne surchauffe en été notamment. Dès lors, quelles sont les astuces pour améliorer le confort à l’intérieur de son habitation, mais aussi au final, réaliser d’importantes économies ? À plus forte raison que le coût de l’énergie ne cesse de croître.

Dans une habitation non ou mal isolée, le défaut d’isolation se fait au niveau de la toiture, des murs donnant sur l’extérieur, mais aussi au niveau des ouvertures, comme les fenêtres par exemple. Et, ces déperditions énergétiques sont plus particulièrement importantes dans une zone bien précise du logement que sont les combles. L’ADEME estime à plus de 30% le volume de déperditions énergétiques au niveau des combles mal ou nullement isolés. Un point non négligeable qui demande alors une attention toute particulière. Gros plan.

Isoler les combles pour plus de confort

Afin de bénéficier d’une température intérieure agréable, l’isolation des combles est la solution par excellence. C’est d’ailleurs la première étape à réaliser lorsqu’il s’agit de réduire les pertes thermiques d’un logement. Et, la raison est purement physique : l’air chaud, plus léger que l’air, s’élève naturellement dans les parties hautes du logement qu’est la toiture. Si le toit est mal ou pas isolé, l’air chaud s’échappe donc à l’extérieur. Bref, pour réduire ses besoins de chauffage et de refroidissement il faut isoler les combles tout simplement. Pour vous rapprocher d'un professionnel, cliquez ici. 

Les combles peuvent alors être isolés selon deux techniques : de l’intérieur ou de l’extérieur. En général, l’isolation des combles par l’intérieur consiste à disposer des panneaux semi-rigides, des rouleaux ou encore un isolant disposé en vrac par la technique de l’insufflation. Dans tous les cas, l’isolant est recouvert d’un pare-vapeur et d’un parement de finition comme une plaque de plâtre par exemple. Les principaux isolants utilisés sont alors des laines minérales, des isolants biosourcés – fibres de bois, de mouton, de chanvre notamment – ou encore des isolants en plastique alvéolaire comme du polystyrène expansé/extrudé ou du polyuréthane en l’occurrence. Quant à l’isolation par l’extérieur, cela requiert alors d’enlever le revêtement de la toiture afin d’y installer des panneaux isolants de toiture ou d’insérer un isolant rigide entre la charpente et la couverture. 

Assurer une isolation parfaite

Quelle que soit la technique choisie en fonction de ses besoins, de ses envies, l’isolation des combles demeure la solution la plus rentable à court terme. D’autant qu’il existe des aides financières pour des travaux de rénovation énergétique dans le cas d’un logement existant. En marge, il est une règle d’or pour optimiser cette isolation.

Il faut ainsi veiller à ce que le logement soit correctement ventilé pour évacuer l’humidité tout particulièrement. Et pour cause, l'air du logement contient de la vapeur d'eau, des polluants provenant de l’activité des occupants, du mobilier, mais aussi de ses occupants. Pour évacuer les polluants, l’humidité dans le logement, l'isolation doit être combinée à une ventilation efficace. Pour cela, il faut alors installer une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC), mais aussi penser à renouveler l’air ambiant en ouvrant les fenêtres environ 30 minutes par jour. Cela permet aussi de respirer un air de bonne qualité : l’air intérieur étant jusqu’à cinq fois plus pollué que l’air extérieur !