микрозаймы

«

»

Juin 18

L’Afrique peut-elle être considérée comme un eldorado pour les outsourceurs ?  

Bien que certains doutes subsistent encore sur l’avenir de l’outsourcing en Afrique, le continent ne cesse d’arracher des parts de plus en plus importantes de ce marché ces dernières années. Le fort potentiel que possède le secteur de l’externalisation en Afrique ne peut être nié. En réalité, certains spécialistes et acteurs du marché vont même aller jusqu’à considérer que le continent africain est devenu un eldorado pour les outsourceurs.

L’Afrique commence à s’imposer face aux leaders sur les marchés mondiaux du BPO et de l’ITO

Le marché de l’offshoring a été pendant longtemps largement dominé par l’Inde, la Chine ainsi que les pays de l’Europe de l’Est. Toutefois, plusieurs pays d’Afrique s’imposent de plus en plus, accentuant la concurrence sur les marchés mondiaux. On peut par exemple mentionner l’intérêt que portent les clients français pour les prestataires de call center à Madagascar (voir sur ce site) ou au Maroc, en misant sur la proximité linguistique ainsi que le faible décalage horaire. De plus, depuis quelques années maintenant, ces deux pays, aux côtés de la Tunisie, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal, s’affichent comme les destinations africaines les plus prometteuses en matière d’externalisation des processus d’affaires (Business Process Outsourcing ou BPO) sur le marché francophone.

Sur le marché anglophone, l’attractivité du Kenya, de l’Afrique du Sud et de l’Égypte pour leurs services d’externalisation informatiques (Information Technology Outsourcing ou ITO) et commerciaux intéresse beaucoup le Royaume-Uni. La réussite de ces pays se base, notamment, sur l’absence de décalage horaire, la proximité linguistique, certaines ressemblances au niveau culturel, ou encore la qualité des infrastructures.

Pourquoi les pays africains investissent-ils autant sur le développement de l’outsourcing sur leurs territoires

Les progrès en matière de technologies de l’information et de la télécommunication, en plus de l’abondance de mains-d’oeuvre à la fois qualifiées et à faible cout, se trouvent à la base de l’intérêt grandissant porté par les outsourceurs en Afrique. En réalité, les pays africains voient le marché de l’offshoring comme une opportunité à saisir. En conséquence, d’importants projets d’infrastructures ont été mis sur pied, faisant du continent africain un concurrent sérieux face à des leaders comme l’Inde ou la Chine.

Pour les pays d’Afrique, les avantages sont considérables pour ce qui est de la sous-traitance des processus d’entreprise. On peut entre autres mentionner l’accroissement des investissements directs étrangers, la réduction du chômage des jeunes, la lutte contre la pauvreté, la prise de position sur la scène mondiale en tant que grand exportateur de services, et bien d’autres encore.

L’externalisation est donc à la clé d’importantes perspectives de croissances économiques pour de nombreux pays africains. Alors, ces derniers n’hésitent pas à investir dans ce marché afin de saisir cette opportunité, en misant sur la modernisation et l’industrialisation. En conséquence, le climat des affaires ainsi que les infrastructures (notamment en ce qui concerne l’immobilier, l’énergie et les transports) ne cessent de s’améliorer. De ce fait, bien que le marché de l’outsourcing ne soit pas encore parvenu à maturité en Afrique, celle-ci a la volonté de capter les multinationales et possède d’excellents atouts pour les séduire.